avif.pyxel.info

COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE GENERALE

ANNUELLE DE L’AVIF DU 04 Décembre 2004

 Dans une salle de l'Hôtel Belle Epoque, 66 rue de Charenton à Paris, à partir de 14 heures 

étaient présents :Mmes Barradis, Blanchard (trésorière), Faure, Morin, Protin, Mrs Barbanes (Président), Barradis, Belpaume, Charpin, Colle, Duprat, Foures, Grosjean, Le Carreaux, Lehmann;
étaient représentés par l’envoi de leurs pouvoirs :Mmes, Mrs  Bardey, J Bertaux, Bidaut, Daudet, De Souza, Dutour-Gagnaire, Grousson, Karleskind, Lauthier, Liandier, Martinez, Roche, Tardiou,
soit 29 adhérents à jour de leur cotisation pour l’année 2004.

0 / Avant d’ouvrir l’assemblée générale, il a été observé une minute de silence en mémoire de Dominique FAURE.

1 / Après lecture des statuts, le Président informe les participants qu’il n’a  pas pu envoyer de convocation par voie postale à tous les adhérents, qui ne disposent pas de connexion Internet et qu’il n’a pu en joindre par téléphone qu’une partie.
Les statuts ne prévoyant pas de quorum pour la tenue de l’AG, le Président demande à ce que cette AG soit considérée comme valide, l’ordre du jour étant le suivant :
1.1   rapport financier par Mme Brigitte Blanchard
1.2   rapport moral 
1.3   débat pour définir la stratégie pour l’Avif en 2005 
1.4   questions diverses
Résolution adoptée à l’unanimité.  

2 / Mme Brigitte Blanchard présente les comptes de l’exercice 2004 et répond à diverses questions .
La trésorière fait remarquer que nous avons respecté le budget prévisionnel estimé pour l’année 2004, lors de la dernière AG annuelle en novembre 2003.
A ce jour le  solde créditeur du compte est de  8645.43 euros.
Le 09/07/04 nous avons remboursé 28 mémoires à Maître Ravisy, au prix de 96 € l’unité que nous avons vendus au prix de 120 € ( hors frais de port) . Nous avons à ce jour à lui payer 10 mémoires supplémentaires qui ont été vendus depuis.
Déduction faite de cette seule dette en cours, le solde créditeur du CCP est à ce jour de 7685.43 €.
La situation financière de l’AVIF est donc saine.
Le rapport de la trésorière est adopté à l’unanimité.

3 / Le Président fait ensuite le rapport moral prévu par les statuts pour l’année écoulée autour des 3 thèmes  suivants :
*    qu’a fait l’Avif en 2004 ?
**  que n’a pas fait l’Avif ?
*** quelle est la situation aujourd’hui ?

En guise d’introduction le Président croit nécessaire de donner quelques informations sur sa situation personnelle, que chaque adhérent de l’Avif est en droit de connaître :
* par rapport à Axa , son avocat (Me Ravisy) a déposé ses conclusions en avril 2004 auprès de la Cour d’Appel d’Aix en Provence ; une fixation d’audience de jugement est espérée pour 2005 ou 2006 au plus tard ; Axa n’a encore déposé aucune conclusion  ...
* le président a retrouvé une activité professionnelle à titre d’enseignant au Ceram de Sophia Antipolis, filière Euro American Institut of Technology, qui a nécessité de sa part un très gros investissement qui n’a pas été sans conséquence sur le fonctionnement de l’Avif. 

 

3.1 Que s’est-il passé en 2004 ?

Plusieurs faits majeurs ont marqué l’année 2004 :
·        le drame de Dominique Faure du 30/12/2003, qui nous a tous bouleversés et a eu un impact considérable sur la vie de l’Avif.
·        la démission de Philippe Martinez de son poste de secrétaire de l’Avif, avec toutes les conséquences que chacun a pu constater.
·        des dysfonctionnements informatiques importants sur le site de la messagerie de l’Avif qui ont provoqué une rupture dans la communication entre le bureau et les adhérents.  

Qu’est-ce qui a été fait ?
Le 6/01/2004, suite à la tragédie de Dominique Faure, et grâce au travail réalisé auprès des médias depuis la création de l’Avif, le Président a pu intervenir en direct à l’antenne de RMC, dans le cadre de l’ émission « On nous la fait pas » et a pu poser la question suivante à l’adresse de Mme Christine Boutin, en train de préparer un rapport sur le suicide en France pour le gouvernement :
<< combien y-a-t-il eu de suicides dans Axa depuis qu’Axa existe ? >>[1]
L’émission ayant lieu par interview au téléphone, la rédaction de RMC est intervenue hors antenne auprès du Président pour lui indiquer qu’elle faisait immédiatement une démarche auprès de Mme Boutin pour obtenir une réponse et qu’il serait informé aussitôt de la réaction de Mme Boutin à qui notre vice-Président Hubert Daudet  devait écrire par ailleurs.
Dans l’immédiat le Président, après avoir eu juste le temps de réagir à une interpellation du journaliste qui animait l’émission, qui lui a demandé s’il ne craignait pas d’être traduit devant les tribunaux pour propos calomnieux était privé d’antenne, alors que M Le Scoarnec, président d’une association de lutte contre le harcèlement moral a pu poursuivre sa participation à l’émission et a eu le temps de saluer les auditeurs ...
Au 4/12/2004 tout comme aujourd’hui 21/12/2004, jour de la rédaction de ce compte rendu, nous attendons toujours la réponse de Mme Boutin et de RMC relancé par courrier électronique dans le courant du premier trimestre 2004 ...

Si le Gouvernement et tous les pouvoirs à ses ordres ont répondu par le silence et le mépris à toutes nos actions il n’en a pas été de même de la part d’Axa.
Suite en effet aux divers évènements ci-après :
·        dépôt de gerbe sur le trottoir de l’avenue Matignon, réalisé avec l’autorisation de la Préfecture de Police de Paris et en présence du fils de Dominique Faure, Cédric Faure ;
·        remise au commissariat de la police nationale de Grasse, sur demande du procureur de la République de l’enregistrement du message  que Dominique Faure avait laissé sur le répondeur téléphonique du Président, une demi-heure environ avant de s’immoler par le feu dans sa voiture avec laquelle il venait de faire le trajet Lille-Paris,
·        divers articles parus dans la presse ; 
la direction de la Communication d’Axa France intervenait auprès des médias pour dire que l’Avif se faisait de la publicité en profitant du drame de Dominique Faure ... (qui devait provoquer un appel téléphonique de Claude Bébéar auprès de Cédric Faure ...)

Il est bon de se rappeler par ailleurs que nous avions distribué un document auprès des médias présents à notre AG en Novembre 2003; or ce que nous avons pu lire dans la presse sur ce document est absolument dérisoire par rapport aux enjeux de société de notre combat ; rappelons que sa valeur estimée est de 100 000 euros minimum, et qu’il s’agit de la synthèse de tous les jugements que nous avons pu connaître grâce à l’action de tous les membres de l’Avif.

Il faut savoir que nous avons offert le mémoire de Me Ravisy :
à Mrs Thierry J-P ex-juge d’instruction versé dans la politique, Sylvestre journaliste à TF1 et que nous disposions d’une introduction de auprès de M Fillon grâce à notre trésorière ;
à Mme Eva JOLY (hélas aujourd’hui en Norvège) grâce au travail effectué en 2003.
Mais tout cela n’a eu aucun impact apparent.

Le président a rappelé également que M Denis Faravel, ex-agent général Axa à Arles,  pour avoir pu participer à un reportage télévisé sur FR3 Marseille où il a défendu ses intérêts légitimes a été condamné par le tribunal correctionnel de Tarascon à une indemnité significative pour atteinte à l’image d’Axa.

Face au constat de la puissance totalitaire qu’est devenue Axa dans la société française, et devant l’odieux chantage à la publicité sur le drame de Dominique Faure, la plus grande prudence était donc indispensable. 

Ce réalisme était d’autant plus nécessaire que nous savons combien Axa a brisé et broyé d’hommes et de femmes et leurs familles, ainsi que l’atteste nombre de défections parfaitement compréhensibles qui ont eu lieu au sein même de l’Avif en 2004 ... sans oublier ceux avec qui l’Avif n’a jamais pu nouer de contact et qui aujourd’hui se trouvent à la rue ...

A ce propos, le président informe les participants qu’après avoir compté 200 membres environ en 2003, l’Avif en compte aujourd’hui la moitié à jour de leur cotisation pour 2004 et qu’il a reçu la démission de Mme Liandier et de Mrs Daudet et De Souza de leurs fonctions de trésorière adjointe et de vice-présidents, qui font suite à la démission de Philippe MARTINEZ intervenue comme chacun sait dans le courant de l’année.
L’Avif leur doit son existence et si l’assemblée a pris acte de leur démission du bureau, nous savons que nous pouvons toujours compter sur eux comme membres actifs ; qu’ils en soient ici remerciés !
 Face à cette situation, le Président rappelle quels ont été les objectifs de l’Avif pour 2004 :
* vendre le mémoire de Me Ravisy à tous les membres, qu’ils aient ou non une action judiciaire en cours
* créer un réseau opérationnel en région.
 Si ces objectifs n’ont pas été atteints en 2004, pour les raisons qui ont été développées, ces objectifs demeurent toujours d’actualité pour 2005 et feront l’objet du débat qui suivra.
 Le président rappelle en outre que son objectif personnel est de tout faire pour mettre en place une réseau  aussi décentralisé que possible afin que son successeur trouve une association en parfait état de marche, lorsque son mandat prendra fin au terme des 3 ans pour lesquels il a été élu lors de l’assemblée générale extraordinaire du 29/11/2003.
 Le président informe l’assemblée qu’une doctorante en sociologie, Chantal Amato, prépare une thèse sur la problématique des fusions d’entreprise qu’elle présentera à HEC ; elle a pu à ce titre interviewer plusieurs membres de l’Avif et nous attendons avec curiosité de savoir ce qu’il adviendra de cette thèse et de son auteur ...
Avant de conclure le président fait état du magnifique travail réalisé par notre webmestre Jacky Bertaux, à qui nous devons l’existence de notre site Internet qui a reçu récemment la visite de son 7000 ème visiteur.
 Après avoir rappelé que seul il ne peut rien faire et que l’avenir de l’Avif dépend aujourd’hui comme hier de chacun de ses membres le président demande à l’AG de se prononcer sur son rapport moral, bien que les statuts ne lui en fassent pas l’obligation.
 Le rapport moral est approuvé à l’unanimité.  

 

3.2 Quelle stratégie pour l’Avif en 2005 ?
Avant d’ouvrir le débat, le président informe l’assemblée d’un fait nouveau très important qui peut modifier radicalement la stratégie qui a été adoptée jusqu’ici.
On sait que sur le conseil de notre avocat nous avons abandonné l’objectif que nous avions eu un moment de  chercher à faire condamner Axa pour fraude au plan social.
Or la décision qui a été rendue dans l’affaire Alcatel est susceptible de modifier considérablement les données juridiques du problème.
La configuration du cas Alcatel étant différente de celle d’Axa, nous attendons de connaître l’analyse de Me Ravisy pour savoir quelles conclusions nous pourrions en tirer ; par exemple s’il serait possible pour ceux qui  le souhaiteraient de demander leur réintégration dans Axa ...
Le président rappelle la nécessité de construire une équipe sans laquelle rien n’est possible, personne ne pouvant aujourd’hui rien construire seul.

Après débat où chacun des présents a pu prendre la parole et manifester son approbation de la stratégie générale de prudence et de patience proposée par le président, tout en cherchant à faire oeuvre utile en fonction des moyens dont chacun peut disposer face aux enjeux de société auxquels nous sommes confrontés, les résolutions suivantes ont été adoptées à l’unanimité :
PREMIERE RESOLUTION :  Construire un réseau opérationnel aussi décentralisé que possible dans chaque région .
Les premiers volontaires qui ont accepté de jouer un rôle de relais, de correspondant ou de délégué en région ( appellation à définir par l’usage et la pratique à venir ) sont par département indiqués par leur numéro :
M Belpaume : 02-60-76-80-51 / Tél : 03 22 33 22 33
Mme Blanchard : 72-49-61-14-50 / Tél : 02 43 34 23 16
M Charpin : 73-38-01-74 / Tél : 04 79 56 26 90
M Colle : 88-54-57-70 / Tél : 03 29 61 14 64
M Duprat : 33-24-47-40-64-85 / Tél : 06 09 30 63 47
M Foures : 31-81-12-82-66-34-65 / Tél : 06 82 67 87 16
M Grosjean : 25-21-90-70 / Tél : 03 84 95 87 75
Mme Morin : 62- 59 / Tel : 03 21 32 06 24
Pour information complémentaire : avant l’AG les membres suivants avaient fait part au président de leur disponibilité pour assurer un rôle de délégué sur le terrain ( par numéro de département ) :
Dubois : 10 ; Gauthier : 26 ; Robert : 52 ; Vaxaillaire : 88.

Afin de commencer à créer un premier maillage le président remet un premier stock de bulletins d’adhésion à tous ceux qui sont présents, par zone géographique.

DEUXIEME RESOLUTION : compléter le réseau en région par une cellule centrale qui lui apportera son soutien qui sera constituée de « chargés de mission » par catégorie de dossier , chaque chargé de mission sera chargé de suivre l’évolution du dossier qu’il a aura accepté et de devenir ainsi le spécialiste de l’état de la question que chaque membre pourra interroger ; il est rappelé que l’Avif n’a aucune mission de conseil juridique mais une simple mission d’information auprès de ses membres en fonction de ce qu’elle peut apprendre des uns et des autres.
Pour lancer le processus de création de cette cellule centrale , M COLLE a accepté de prendre en charge le suivi du dossier CRUAP .
Merci à ceux qui ont une connaissance plus approfondie de tel ou tel dossier ( optant, non optant, réseau s, BS, administratif, .....etc ) de se faire connaître auprès du président, afin qu’une cellule centrale complète soit constituée le plus rapidement possible .

TROISIEME RESOLUTION :
Les cellules centrales et  régionales ont pour mission de se développer en application des principes de capillarité et de subsidiarité afin de venir en aide à tous ceux qui souhaitent faire appel à l’Avif pour défendre leurs intérêts.

QUATRIEME RESOLUTION :
Il est demandé à chaque membre de s’inscrire sur le forum de l’Avif qui doit devenir un outil privilégié de communication entre nous pour assurer le développement de l’Avif. 

CINQUIEME RESOLUTION:
Afin d’assurer le développement le plus large possible de l’Avif, compte tenu de la situation et des enjeux de société auxquels nous sommes aujourd’hui confrontés, face à la puissance totalitaire d’Axa  et en hommage au sacrifice de Dominique Faure, qui est allé au feu comme d’autres montaient au front à Verdun en sachant qu’ils ne reviendraient pas, il a été décidé que les agents généraux pourraient être membres à part entière de l’Avif, ainsi que les statuts le prévoient.
Une seule réserve est apportée à cette résolution : il est exclu que puisse devenir membre de l’Avif tout agent général qui aurait eu un comportement professionnel inacceptable envers d’anciens salariés d’axa qui seraient membres aujourd’hui de l’Avif. 

SIXIEME RESOLUTION :
Chaque membre de l’Avif doit acheter le mémoire de Me RAVISY à qui nous demanderons d’en faire la mise à jour en fonction des jugements qui nous seront communiqués par les uns et les autres, et que notre webmestre met en ligne aussi régulièrement que possible sur notre site Internet .

SEPTIEME RESOLUTION :
La cotisation de référence sera désormais l’année civile ; pour l'année 2005 la cotisation est fixée à  TRENTE EUROS.
Il est demandé à ceux qui n’ont pas encore réglé leur cotisation pour 2004 de bien vouloir le faire avant le 31/12/2004.
Pour ceux qui auraient réglé leur cotisation dans le courant de l’année 2004 pour une période à venir de 1 an, et qui auraient de graves difficultés de trésorerie il leur est demandé d’envoyer un complément pour les mois restant à courir  jusqu’au 31/12/2005 en précisant à quelle date ce chèque pourra être encaissé.
Pour tous les autres un appel de cotisation sera envoyé dans les prochains jours à régler avant le 31/01/2005.
Au delà de cette date la liste des membres de l’Avif sera mise à jour avec le concours des délégués en région et il ne sera plus envoyé  d’informations à ceux qui n’auront pas réglé leur cotisation pour 2005.
Chaque membre de l’Avif peut bénéficier de facilités de règlement sur simple demande de sa part.
Pour les adhésions de nouveaux membres en cours d’année, tout pouvoir est donné à la trésorière  pour en fixer les modalités pratiques.



[1] Pour ceux qui le souhaiteraient l’enregistrement de l’émission pourrait être disponible, si Marie Christine Faure pouvait nous en donner une copie ...